Bibliheuilleycotton : Le Blog

La bibliothèque d’Heuilley-Cotton au fil des pages…

 

Le menteur

 

Olivier Lyon, peintre de talent, est convié à un dîner pour faire le portrait de son hôte. C’est là qu’il fait la connaissance du colonel Capadose. C’est un homme séduisant, bon cavalier, beau parleur, agréable et aimé des femmes, d’Everina son épouse surtout. La belle Everina dont Olivier Lyon fut (et est encore) amoureux dans sa jeunesse. Everina qui a refusé de l’épouser. Aussi quand Olivier comprend que le colonel est un invétéré menteur, qui ment sur tout et n’importe quoi, il ne peut croire que sa femme est complice. Elle, si franche, si droite ! Comment peut-elle lui préférer ce type ? Olivier va essayer de déterminer si Everina est complice volontaire ou non de ces mensonges ou si elle est simplement naïve.

Le menteur

Henry James brosse avec une certaine jouissance machiavélique le portrait d’un menteur, un vrai ! Pour un amoureux de la vérité, c’est insupportable ! Mais même un amoureux de la vérité ment, finalement. Ici, comme le précise l’auteur, le menteur ne ment pas pour faire le mal autour de lui. Il ment pour embellir sa vie, pour se valoriser (à ses propres yeux car dans son entourage, personne n’est plus dupe et la plupart s’amusent de son comportement). Un bon (court) roman pour adultes présenté ici lu par Barbara Schulz sur 2 CD, publié par écoutez lire.

613 JAM

 

Pas de réaction sur “Le menteur”

 

Répondre